· 

JOURNÉES PORTES OUVERTES/ ... Un Projet / UNE GENÈSE... / À l'église simultanée de GUNSBACH /

Samedi 16-11-2019 de 14h à 18h/  Dimanche 17-11-2019 de 10h à 17h


Présentation de projets :

vitraux et rénovation de l'orgue d'Albert Schweitzer


Un texte peu connu d'Albert Schweitzer :

Le chœur catholique que j’avais sous les yeux me semblait le comble de la magnificence. L’autel tout brillant d’or et orné de gros bouquets de fleurs artificielles ; les grands candélabres en métal, surmontés de cierges majestueux ; adossés au mur au dessus de l’autel, entre les deux fenêtres, deux statues dorées qui, à mon sens, représentaient Joseph et Marie ; tout cela, baigné des rayons qui pénétraient par les fenêtres du chœur, exaltait mon imagination d’enfant. Puis, à travers les vitraux, les yeux se portaient sur les arbres, les toits, les nuages, le ciel, sur tout un monde qui prolongeait le chœur de l’église à des distances illimitées et les transfigurait. Ainsi mon regard passait du monde fini au monde infini. Le calme et la paix berçaient mon âme.

 

Ces souvenirs de jeunesse m’empêchent d’éprouver grande sympathie pour les tentatives de créer un type d’église protestante. Je ressens une vraie tristesse a voir les édifices où des architectes modernes ont prétendu réaliser l’idéal du « lieu de prédication ». Non, l’église est plus qu’un local où l’on va entendre un sermon. C’est un lieu de recueillement, et les dispositions architecturales doivent tendre à ce but. Elles n’y atteignent pas si le regard se heurte de tous cotés a des murailles. L’œil a besoin de lointains mystérieux ou l’on passe peu a peu du spectacle extérieur à la contemplation intérieure. Le chœur n’est donc pas un aménagement propre au catholicisme ; il est essentiel a l’église. Puisque, par nature, le service protestant est d’une simplicité un peu froide, il faut que l’architecture se garde d’accuser cette froideur. Le lieu du culte doit compléter le culte même, et de concert avec la parole, le chant et la prière, contribuer à élever l’âme. »

 

Souvenirs de mon enfance, Albert Schweitzer, Ed. Albin Michel, 1951